FR EN

ACTUALITE

News, dossiers, interviews, évènements... Découvrez toute l'actualité la Fédération des Tiers de Confiance Numérique.

Coralie Peluchon: «C'était, et c'est toujours, un Master innovant»

 

Responsable juridique & conformité chez ChamberSign France, Coralie Peluchon a été diplômée du Master Droit du numérique parcours Tiers de confiance de La Rochelle en 2016. Elle revient sur cette formation qui, selon elle, « complète, tant sur le plan intellectuel que professionnel, le cursus universitaire de l’étudiant en droit ».

 

Quel était votre parcours avant de vous inscrire au Master Tiers de confiance et sécurité numérique de La Rochelle ?

J’avais un cursus en droit privé, j’étais en Master 1 Droit - Parcours judiciaires à la Faculté de La Rochelle lorsque j’ai découvert le M2 TCSN, par une conférence d’Alain Bobant.

 

Pourquoi avez-vous été intéressé par ce Master ?

Le Master TCSN se démarquait des autres par son programme technico-juridique, l’association professeurs – intervenants professionnels, la transversalité des matières, le travail en groupe, le stage et la diversité des emplois. C’était (et c’est toujours) un Master innovant, et une discipline juridique en devenir et porteuse sur le marché du travail.

 

Comment qualifieriez-vous l’ambiance au sein du Master ?

C’est un Master qui a nécessité d’être encore plus rigoureux et réceptif au regard de la technicité des matières juridiques, ce qui a stimulé les échanges et les relations des étudiants de la promotion. J’ai particulièrement apprécié des matières comme « Propriété intellectuelle et numérique », et « Cybercriminalité ».

 

Quels sont, à votre avis, les enseignements les plus importants de ce Master ?

Les matières étudiées en licence appliquées au numérique (droit des contrats, propriété intellectuelle, droit pénal…) : il est essentiel de maîtriser les matières et principes fondamentaux en droit si l’on souhaite ensuite embrasser une profession juridique liée au numérique. Il y a également le stage, qui permet, outre le fait de découvrir et de désacraliser le monde de l’entreprise, d’avoir une première expérience professionnelle, mais aussi d’éclairer l’étudiant sur le choix de son futur métier.

 

Le Master a-t-il été un avantage lors de votre arrivée sur le marché du travail ?

Pas dans l’immédiat. A ce moment-là en 2016, avant la naissance du RGPD, le droit du numérique n’était pas réellement conscientisée dans les entreprises, ce qui n’a pas favorisé le recrutement de cette nouvelle génération de juristes avec cette appétence et cette spécialité. Le marché s’est très vite rattrapé depuis.

 

Pour vous, quelle est la particularité de ce Master par rapport aux autres ?

Le programme de la formation, qui est en totale cohérence avec le marché du travail. Le master complète le cursus universitaire de l’étudiant en droit, tant sur le plan intellectuel que professionnel.

 

Conseilleriez-vous ce Master à un étudiant ?

Oui, notamment pour deux raisons :

  • C’est une filière juridique qui offre de nombreux débouchés professionnels, en particulier ce qui touche aux données personnelles et à la sécurité numérique ;
  • C’est un Master transversal qui permet de rebondir facilement et rapidement si l’étudiant, au cours de son parcours professionnel, souhaite se réorienter.

 

Alors longue vie à la Toile ! (et au Master !)


Share |